Lettre de Janvier 2017

Version imprimable PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Père FariasTrès chers couples,

Nous avons beaucoup discuté ces derniers temps à l’intérieur de notre Mouvement sur le sens de notre mission dans l’Église aujourd’hui. Cela correspond par ailleurs aux récents appels du Pape François, à ses messages aux familles et bien concrètement, en ce qui nous concerne, à la Rencontre des Responsables à Rome, en septembre 2015. Il s’agit d’ailleurs seulement d’une concrétisation de ce qu’il désire de toute l’Église et de chaque chrétien. Depuis l’Evangelii Gaudium (2013), le Pape François répète continuellement que chaque chrétien doit être disciple missionnaire.

Le concile Vatican II dit des laïcs que leur mission consiste dans la sanctification des réalités terrestres, en les ordonnant selon Dieu (LG 31). Si nous nous regardons, nous-mêmes, en tant que Mouvement, il s’agit avant tout d’une dynamique d’approfondissement spirituel à partir du sacrement du mariage. Nous pouvons dire que celle-ci est notre grâce des origines, notre charisme et notre mission, que le Saint Esprit a inspiré au P. Caffarel et aux premiers couples. En ce temps-là, la préoccupation principale était spirituelle : porter les couples à vivre la sainteté chrétienne comme couples. Aujourd’hui cette préoccupation continue d’être actuelle, mais d’une façon accrue, du fait que nous vivons dans l’Église comme dans la société, une crise sans précédents, laquelle affecte les attributs essentiels du mariage, comme grandeur humaine et chrétienne, ainsi qu’ils ont été énoncés soit dans Familiaris consortio, de Saint Jean Paul II (22.11.1981), soit dans Amoris Laetitia, du Pape François (2016).

Alors quand nous parlons de la mission, nous ne devons pas fixer notre attention seulement sur le faire, comme s’il s’agissait de faire des choses dans le sens qu’on donne en général à l’apostolat des laïcs. Cela est très important et nous ne devons pas l’oublier. Toutefois, l’accent doit être mis sur l’être. En d’autres termes, donner témoignage de la joie du consentement inconditionnel donné au conjoint au moment de la célébration du mariage ; donner témoignage de la joie de l’unité indissoluble de l’amour qui est plus fort que la mort ; donner témoignage de la joie des enfants accueillis comme don de Dieu, qui ne font de mal ni à la bourse ni à la santé des mères. C’est ainsi que le couple devient collaborateur de Dieu dans l’œuvre de la création et de la conservation du monde, en peuplant avec  leurs enfants la terre et le ciel (Gn 1,28)! Vraiment le couple humain et surtout le couple chrétien, parce qu’à l’image du Christ et de l’Église, sont le chef-d’œuvre de la Création !

Voilà, très chers couples, la perspective vers laquelle nous devons orienter notre attention au moment de parler aujourd’hui du sens de notre mission comme Mouvement : il ne s’agit pas seulement de sortir, mais de transmettre un témoignage, que nous ne pouvons donner que si nous le vivons. Mais cela n’est pas facile, nous le savons bien. Soit comme conseillers spirituels soit comme couples, nous avons tous besoin d’être bien fondés sur la grâce, selon la parole du Seigneur : «sans Moi vous ne pouvez rien faire» (Jn 15,5). C’est pour nous aider dans cette spiritualité et dans cette mission que le Mouvement met à notre disposition la méthodologie des points concrets d’effort, et particulièrement deux d’entre eux, que je ne me lasse pas de souligner comme vous le savez. Soyez fidèles à tous, mais spécialement à la prière conjugale et au devoir de s’asseoir.

Dieu vous bénisse et vous protège, par l’intercession de Notre Dame.

P. José Jacinto Ferreira de Farias, scj
Conseiller Spirituel de l’ERI

 Lire : "La joie de la rencontre"
Par Georges & Mahassen KHOURY

Georges & Mahassen