Lettre d'Octobre 2016

Version imprimable PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Père FariasTrès chers couples,

En cette année de la miséricorde nous sommes invités à célébrer la miséricorde comme l’expression la plus parfaite de la «tendresse de Dieu». Dans son étymologie, la miséricorde se rapporte au «cœur», un cœur disponible et ouvert pour accueillir, surtout ceux qui ne se considèrent pas dignes d’être aimés. Dire que Dieu est miséricordieux signifie que son amour nous précède, qu’Il n’éloigne pas de nous, qu’Il nous aime comme si nous étions son «bien», parce qu’Il nous aime pour ce que nous sommes et non pour ce que nous pouvons Lui donner. Et quelle est notre valeur? Notre valeur se mesure à partir de l’intensité de l’amour de Dieu pour nous.

Le Pape François nous invite à aller aux périphéries. Dans notre Mouvement, nos périphéries sont, pour les couples, les conjoints, les enfants, les familles, l’Équipe; pour les Conseillers spirituels, ceux qui sont confiés à leur sollicitude pastorale. Très chers couples, il est important que nous vivions intensément, avec une vraie passion, ce temps de grâce et de miséricorde, souffrant avec ceux qui souffrent, nous réjouissant avec ceux qui se réjouissent, étant heureux avec le bonheur et la joie des autres.

«À l’origine du fait d’être chrétien», écrit Benoit XVI, «il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne un nouvel horizon à la vie et par là son orientation décisive» (Deus caritas est, 1). Et il dit encore : «Ce n'est pas la science qui rachète l'homme. L'homme est racheté par l'amour» (Spe salvi, 26). Est-ce-que tu veux savoir quel est cet amour qui sauve ? Contemple la croix de Jésus-Christ ; regarde son côté ouvert, d’où jaillit le sang et l’eau. Et veux-tu savoir pourquoi il fut blessé ? afin que par la blessure visible tu puisses voir la blessure invisible de l’amour.

Le Père Caffarel et les premiers couples ont cherché ensemble une méthode, un chemin qui les conduirait à vivre la sainteté en couple. Et la sainteté passe par la capacité à reconnaître en l’autre un précieux don de Dieu, qui est aussi bien aimé par Dieu comme chacun de nous. Les points concrets d’effort sont des instruments simples mis à notre disposition pour que nous suivions le chemin qui conduit à la sainteté.

Nous sommes en l’année centenaire des apparitions de Notre Dame à Fátima, du mois de mai à octobre 1917. La prochaine grande rencontre internationale sera à Fatima, en juillet 2018. Tout ceci est une grâce extraordinaire. Le message de Fatima nous rappelle ce qu’il y a de plus important dans notre vie, ce qui nous attend et que nous devons construire à chaque instant. Notre Dame a demandé aux petits Bergers prière et disponibilité pour «consoler» Dieu, c’est-à-dire, ne pas le laisser seul. Et Il se trouve seul non pas seulement quand nous l’oublions et ne faisons pas de Lui le centre de notre vie, mais aussi quand nous laissons nos frères seuls, quand nous ne faisons pas attention à ceux qui nous sont proches, qui se trouvent dans notre périphérie. Je vous demande de faire de tout cela le thème de votre devoir de s’asseoir et de votre prière conjugale, ces deux points concrets d’effort qui sont la règle d’or de la spiritualité conjugale. Que la bénédiction de Dieu vous accompagne toujours. Je vous salue cordialement dans le Seigneur.

P. José Jacinto Ferreira de Farias, scj
Conseiller Spirituel de l’ERI

 Lire : "En chemin vers Fátima"
Par Tó et Zé MOURA SOARES

To et Zé