Découvrir la Lettre des Intercesseurs

Version imprimable PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Intention générale : Seigneur, Tu nous as donné Marie comme Mère et modèle pour nos  familles. Aide-nous à faire de notre famille un lieu où l’amour, la paix et la joie règnent. Que chacun soit bienveillant, doux, attentionné, patient. Que chacun ne voit que le bien dans l’autre. Que les époux soient remplis de tendresse l’un pour l’autre. Que nous soyons unis dans les joies comme dans les épreuves grâce à la prière. Que la prière soit au cœur de notre famille. Que nous puissions être profondément contemplatifs, intensément eucharistiques, et vibrants de joie.

Avec le Pape François : « que les familles en difficulté reçoivent le soutien nécessaire et que les enfants puissent grandir dans un environnement sain et serein. » 

Télécharger les Lettres des Intercesseurs :

2017 : Lettre 160/Octobre 2017  - Lettre 159/Juillet 2017  - Lettre 158/Avril 2017 - Lettre 157/Janvier 2017

2016 : Lettre 156/Octobre 2016 - Lettre 155/Juillet 2016Lettre 154/Avril 2016Lettre 153/Janvier 2016

2015 : Lettre 152/Oct 2015 - Lettre 151/Juillet 2015 - Lettre 150/Avril 2015 - Lettre 149/Janvier 2015

Méditation du Père Marcovits :

La vocation du père Caffarel

On connait le récit que donne le père Caffarel de sa vocation. Il est bon de le relire encore : « A vingt ans, Jésus Christ en un instant, est devenu quelqu’un pour moi. Oh ! Rien de spectaculaire. En ce lointain jour de mars (1923), j’ai su que j’étais aimé et que j’aimais, et que désormais entre lui et moi ce serait pour la vie. » Il dit aussi : « Depuis ce jour je n’ai qu’un désir : moi-même entrer plus avant dans cette intimité avec le Christ, et cet autre désir d’amener les autres à cela, parce que cela a été capital dans ma vie, cela m’a donné la joie de vivre, la grâce de vivre, l’élan de vivre. Aussi bien je ne peux pas ne pas souhaiter pour les autres cette rencontre avec le Christ vivant, cette découverte que Dieu est amour » (cité par Jean Allemand, Henri Caffarel un homme saisi par Dieu, p 14-15).

Les confidences du père Caffarel ne sont pas innombrables. Bien des prêtres de cette époque agissaient ainsi : ils veulent s’effacer pour laisser toute la place à Dieu. Cependant, ces confidences sont plus nombreuses que l’on pense. En parlant des autres, le père Caffarel livre son expérience, son cœur. Il est dans le récit qu’il nous livre, il est dans ses paroles, il nous ouvre son âme. Dans ses lignes il est là tout entier mais en totale discrétion pour laisser la place au Seigneur. Ainsi, dès les premiers mots de son livre Présence à Dieu, Cent lettres sur la prière (p.11) : « Une sensation de détresse nous saisit lorsque, à notre arrivée dans une ville inconnue, personne n’est là pour nous attendre. En revanche, si un visage joyeux nous accueille… » Comment ne pas penser au père Caffarel (bien) accueilli au Brésil ! Mais comment ne pas penser surtout à son expérience quotidienne : dans la prière, le Seigneur l’attend. Et il rejoint alors ceux qui viennent à lui : ses premiers mots lancés aux retraitants de Troussures, avec les bras grands ouverts : « Le Seigneur vous attend ! ». Jésus est « Quelqu’un pour lui », il souhaite que le Seigneur devienne aussi quelqu’un pour les retraitants. Tout trouve son origine dans l’expérience première de sa vocation.

Un autre exemple de sa manière si discrète de parler de sa vocation est aussi de montrer l’universalité de l’appel de Dieu. Il a une page bouleversante sur le jeune homme riche : « Jésus le regarda et l’aima » (Présence à Dieu, p. 37-39). « L’amour et le regard ont partie liée. Il faut regarder pour aimer, mais aussi aimer pour regarder vraiment.» Et le père Caffarel de montrer : « Rien mieux que le regard ne révèle l’amour. Celui qui est ainsi regardé ne s’y trompe pas. » Le père Caffarel écrit avec finesse sur l’amour humain. Mais jamais il n’oublie que l’amour humain trouve sa plénitude dans l’amour de Dieu qui s’incarne en lui. « Il y a plus admirable encore, quand ce regard d’amour est celui d’un chrétien qui dans la lumière du Christ discerne (…) de quel amour nous sommes aimés de Dieu. Je suis bien sûr que Dieu voudrait pour chaque être qu’il rencontrât au moins un jour dans sa vie un tel regard. » Pour le père Caffarel, cela eut lieu en mars 1923, ce fut sa vocation. A-t-il eu d’autres rencontres aussi fortes avec Dieu ? Nous ne savons pas. Cependant, il arrive que, lorsque Dieu devient « Quelqu’un » pour une personne, cette lumière est suffisante pour donner un élan à toute sa vie. Cet élan trouvera son achèvement et son épanouissement au ciel, en présence de Dieu et en présence des frères humains qu’il nous a donnés à aimer. Le père Caffarel a avancé dans la foi.

Paul-Dominique Marcovits, o.p., Conseiller spirituel des Intercesseurs

L’intercession n’est pas une spécialité, un état mystique particulier. 

C’est l’expérience de tout chrétien qui entre dans la prière du Seigneur.
Prière de communion, avec l’Esprit, à la Volonté du Père qui veut que tous soient sauvés.
Prière attentive au salut de tous, à la guérison de toutes les blessures, les plus cachées, les plus secrètes, comme les plus visibles, dans le souffle de l’Esprit.
Offrande de notre vie, avec le Christ, en faveur des frères et des sœurs les plus proches comme les plus éloignés.

Qu’ils prient : …pour chaque foyer, et très spécialement pour ceux qui comptent particulièrement sur eux.
Père Henri Caffarel. 

Prière des Intercesseurs

Dieu, notre Père,
Tu as envoyé ton Fils bien-aimé pour sauver le monde : assis désormais à ta droite, il ne cesse d’intercéder pour ses frères humains. 
Portés par l’Esprit, nous voulons nous unir à sa prière pour le salut de tous. 
Que prêtres et couples soient fidèles à leurs engagements au service de la communion dans l’Église en rayonnant l’amour que tu as mis en leur cœur. 
Que tous tes enfants de par le monde découvrent le bonheur que tu donnes et vivent dans le respect, la dignité, la joie et la paix. 
Dieu, notre Père, par l’intercession de Notre Dame et de tous les saints, donne-nous, intercesseurs auprès de toi, d’accomplir notre service par amour pour toi et par amour pour les hommes.