Découvrir la Lettre des Intercesseurs

Version imprimable PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Intention générale : Seigneur, Tu nous as donné Marie comme Mère et modèle pour nos  familles. Aide-nous à faire de notre famille un lieu où l’amour, la paix et la joie règnent. Que chacun soit bienveillant, doux, attentionné, patient. Que chacun ne voit que le bien dans l’autre. Que les époux soient remplis de tendresse l’un pour l’autre. Que nous soyons unis dans les joies comme dans les épreuves grâce à la prière. Que la prière soit au cœur de notre famille. Que nous puissions être profondément contemplatifs, intensément eucharistiques, et vibrants de joie.

Avec le Pape François : « que les familles en difficulté reçoivent le soutien nécessaire et que les enfants puissent grandir dans un environnement sain et serein. » 

Télécharger les Lettres des Intercesseurs :

2017 : Lettre 158/Avril 2017 - Lettre 157/Janvier 2017

2016 : Lettre 156/Octobre 2016 - Lettre 155/Juillet 2016Lettre 154/Avril 2016Lettre 153/Janvier 2016

2015 : Lettre 152/Oct 2015 - Lettre 151/Juillet 2015 - Lettre 150/Avril 2015 - Lettre 149/Janvier 2015

Méditation du Père Marcovits :

Reine du ciel, Réjouis-toi, Alleluia !
Car le Seigneur que tu as porté, Alleluia !
Est ressuscité comme il l’avait dit, Alleluia !
Prie Dieu pour nous, Alleluia !


Cette antienne à la Vierge Marie, composée probablement par le pape Grégoire V (996-998), est chantée à Rome le jour de Pâques. C’est au XIIe siècle que l’usage se répandit dans toute l’Église de remplacer, au temps pascal, l’Angelus par le Regina Caeli.
Qui dit cette antienne ? Nous, bien sûr ! Mais nous, dans notre état de pèlerins sur cette terre, nous qui marchons sur des chemins douloureux mais aussi sur des chemins de joie, de sérénité, de paix… Car la paix de Dieu est aussi présente en nos coeurs même si les épreuves sont là. Nous chantons cette antienne en ce temps liturgique de Pâques où nous affirmons avec tant de joie la résurrection de notre Sauveur.
A qui s’adresse cette antienne ? À la Vierge Marie, sous le titre particulier de ‘‘Reine du ciel’’. Au temps pascal, (et au jour où les mystères glorieux sont priés), nous contemplons Marie dans la gloire de son Assomption et dans la beauté de son couronnement. Une reine est toujours considérée comme la personne la plus proche du roi et donc elle a une influence décisive sur son coeur, sur son dessein, sur ses décisions. C’est donc vers elle que nous nous tournons, avec espérance, avec la certitude que nous ne serons pas déçus.
« Reine du ciel, réjouis-toi, Alleluia ! » Bien sûr, elle se réjouit, elle est au ciel ! Mais cette parole ne peut que la toucher profondément car ce sont les premiers mots de l’ange Gabriel qui lui furent adressés à Nazareth, lui annonçant qu’elle serait la mère du Sauveur. Le lien est ainsi fait entre la terre et le ciel : toute l’histoire de la Vierge Marie est contenue dans ces mots : la joie de l’incarnation épanouie dans l’éternité du ciel. Mystères joyeux.
Mais l’antienne insiste. « Car le Seigneur que tu as porté, Alleluia ! » Le ‘titre’ de Marie est : « Mère de Dieu ». Marie a porté Jésus à la crèche, et lorsque son fils lui est rendu, à la descente de la croix. Marie est Notre Dame des douleurs. Dans le latin, il est précisé qu’elle a ‘mérité de porter’. Ici est déclarée la foi de Marie. Lorsque, avec Joseph, elle a porté son enfant au Temple, Siméon lui a annoncé la croix. Marie a gardé tous ces événements dans son coeur, c’est-à-dire dans la foi. Mérite de la foi. Mystère douloureux.
Et l’antienne continue : « …est ressuscité comme il l’avait dit, Alleluia ! » Le ‘comme il l’avait dit’ est important. Par trois fois, Jésus a annoncé à ses disciples sa passion et sa résurrection. Marie qui ne cesse de méditer tout dans son coeur, ne l’ignore pas. Elle croit, avant de voir. Au ciel, elle voit. Mystère glorieux.
Et l’antienne s’achève. « Prie Dieu pour nous, Alleluia ! » Tout le chapelet a ce but. Nous nous confions personnellement, nous con-fions nos proches, ceux qui sont remis à notre intercession. Avec la Vierge Marie, par elle, le monde est présent en notre coeur devant Dieu et nous le lui offrons, espérant connaître comme elle, la gloire de la résurrection.

Paul-Dominique Marcovits, o.p., Conseiller spirituel des Intercesseurs

 

L’intercession n’est pas une spécialité, un état mystique particulier. 

C’est l’expérience de tout chrétien qui entre dans la prière du Seigneur.
Prière de communion, avec l’Esprit, à la Volonté du Père qui veut que tous soient sauvés.
Prière attentive au salut de tous, à la guérison de toutes les blessures, les plus cachées, les plus secrètes, comme les plus visibles, dans le souffle de l’Esprit.
Offrande de notre vie, avec le Christ, en faveur des frères et des sœurs les plus proches comme les plus éloignés.

Qu’ils prient : …pour chaque foyer, et très spécialement pour ceux qui comptent particulièrement sur eux.
Père Henri Caffarel. 

Prière des Intercesseurs

Dieu, notre Père,
Tu as envoyé ton Fils bien-aimé pour sauver le monde : assis désormais à ta droite, il ne cesse d’intercéder pour ses frères humains. 
Portés par l’Esprit, nous voulons nous unir à sa prière pour le salut de tous. 
Que prêtres et couples soient fidèles à leurs engagements au service de la communion dans l’Église en rayonnant l’amour que tu as mis en leur cœur. 
Que tous tes enfants de par le monde découvrent le bonheur que tu donnes et vivent dans le respect, la dignité, la joie et la paix. 
Dieu, notre Père, par l’intercession de Notre Dame et de tous les saints, donne-nous, intercesseurs auprès de toi, d’accomplir notre service par amour pour toi et par amour pour les hommes.