ASSOMPTION DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE

Version imprimable PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Chers frères et sœurs !

Au cœur de celles que les latins appelaient "feriae Augusti", vacances d'août - d'où le mot italien de "ferragosto" - l'Église célèbre aujourd'hui l'Assomption de la Vierge Marie au Ciel, corps et âme. Dans la Bible, la dernière référence à sa vie terrestre se trouve au début des Actes des Apôtres, qui présente Marie recueillie en prière avec les disciples au Cénacle dans l'attente de l'Esprit Saint (Ac 1, 14). Plus tard, une double tradition - à Jérusalem et à Ephèse - atteste de sa "dormition", comme disent les orientaux, autrement dit qu'elle s'est "endormie" en Dieu. Ce fut l'événement qui précéda son passage de la terre au Ciel, confessé par la foi ininterrompue de l'Église.

Comme l'enseigne le Concile Vatican II, la Très Sainte Vierge Marie est toujours liée au mystère du Christ et de l'Église. Dans cette perspective, "tout comme dans le ciel où elle est déjà glorifiée corps et âme, la Mère de Jésus représente et inaugure l'Église en son achèvement dans le siècle futur, de même sur cette terre, en attendant la venue du jour du Seigneur (cf. 2 P 3, 10), elle brille déjà comme un signe d'espérance assurée et de consolation devant le peuple de Dieu en pèlerinage" (Lumen gentium, n. 68). Du Paradis la Sainte Vierge ne cesse de veiller, particulièrement dans les moments difficiles d'épreuve, sur ses enfants, que Jésus lui-même Lui a confiés avant de mourir sur la Croix.

BENOÎT XVI
ANGÉLUS,
Castel Gandolfo, 15 août 2008