La Prière perséverante

Version imprimable PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Écouter, méditer, parler et se taire devant le Seigneur qui parle est un art qui s’apprend en le pratiquant avec persévérance. Certainement la prière est un don, qui réclame cependant d’être accueilli ; c’est l’œuvre de Dieu, mais elle exige un engagement et une assiduité de notre part ; surtout la continuité et la persévérance sont importantes.
En persévérant dans la prière, nous comprenons et nous faisons l’expérience qu’elle est la respiration de la vie, comme la respiration de l’amour pour un couple qui s’aime.
La prière est notre communion avec le Père et le Fils dans l’Esprit Saint, qui nous met en communion avec la création comme don, et avec les autres comme frères : la prière est la vie humaine, pleinement réalisée. C’est pour cela qu’il faut toujours prier. Sans se décourager cependant, même si Dieu semble sourd à écouter notre prière. En effet ce qu’il nous donne n’est pas important : l’important est que nous soyons avec lui et que nous ayons confiance en lui. C’est cela le vrai fruit de la prière, qui est comme un canal ouvert où circule l’oxygène de Dieu, la vie de Dieu que nous respirons.
Dans l’amitié profonde avec Jésus et en vivant, en Lui et avec Lui, une relation filiale avec le Père, à travers notre prière fidèle et persévérante, nous pouvons ouvrir une fenêtre sur le ciel de Dieu. En parcourant la voie de la prière, sans considérations humaines, nous pouvons même aider les autres à la parcourir : c’est aussi vrai pour la prière chrétienne qu’en marchant, d’autres chemins s’ouvrent et nous pouvons les parcourir avec foi.
Sainte Teresa de Calcutta enseignait : « Le fruit du silence est la prière. Le fruit de la prière est la foi. Le fruit de la foi est l’amour. Le fruit de l’amour est le service. Le fruit du service est la paix. » Et à une demande que lui fit une sœur sur comment apprendre à prier, cette grande et humble sainte répondit : « En priant. » Et elle ajoutait : « On ne nous demande pas d’être doués mais d’être fidèles. Commencez et finissez la journée avec la prière. Allez à Dieu comme des enfants. Si vous trouvez difficile de prier vous pouvez dire. « Viens Esprit Saint, guide-moi, protège-moi, libère mon esprit afin que je puisse prier. » La prière ne demande pas d’interrompre son travail, mais de continuer son travail comme s’il était une prière. Ce qui compte c’est d’être avec Lui, vivre en Lui, dans sa volonté. » Pour être avec le Christ, il n’y a pas besoin d’avoir un quelconque doctorat, il suffit d’être comme Mère Teresa une personne de prière et de foi. Il suffit d’être comme ce paysan paroissien d’Ars qui tous les soirs après le travail dans les champs allait à l’église et y restait un long moment, sans ouvrir la bouche, contemplant le Christ en croix. A la demande du saint Curé d’Ars sur comment il remplissait ce long moment de prière, cet humble travailleur de la terre répondit : « Je le regarde et il me regarde. »

Par Mgr Francesco FOLLO – 14 octobre 2016