Méditation

Le christianisme se distingue des autres religions parce qu’à son origine nous trouvons un fait, une personne, une expérience historique : l’expérience de foi d’Abraham ; la libération de l’Égypte, et, surtout, ce qui s’est passé dans la semaine que nous appelons «sainte», la passion du Seigneur, sa mort sur la croix, la descente au sépulcre et la résurrection au troisième jour.

Seigneur, mon Dieu, depuis le jour de mon baptême, je chemine avec Toi. Tu es l'ami de mes jours de soleil et de mes nuits de brouillard, c'est Toi que j'ai choisi, aide-moi à T'aimer et à te rester fidèle !

Selon l’intention du Pape François, le carême de cette année sainte de la miséricorde a une importance et un sens très spécial. Le Pape François désire qu’il soit vécu comme un temps fort pour faire l’expérience de la miséricorde de Dieu. Un des moyens sera «l’écoute orante» de la Parole de Dieu. Cela veut dire qu’il n’est pas suffisant de «lire la Bible». Plus que lire la Bible, il faut l’écouter, dans l’attitude de celui qui prie, qui adore et qui se laisse toucher jusqu’au fond ultime de l’âme, jusqu’au au fond presque inaccessible de son être.

Seigneur Jésus-Christ, toi qui nous as appris à être miséricordieux comme le Père céleste, et nous as dit que te voir, c’est Le voir. Montre-nous ton visage, et nous serons sauvés.

L’étoile s’arrête au-dessus de la grotte et les mages, illuminés par la grâce divine, reconnaissent dans cette masure le palais du roi du ciel nouveau-né. Emus, ils entrent ; mais que leur est-il donné à voir pour qu’ils reconnaissent le roi divin, le Messie ? Quelle certitude est la leur, face à tant de pauvreté, que ce bébé tremblant qu’ils voient dans les bras d’une jeune fille est leur Dieu ? ...

Dans l’incarnation, le Verbe s’est fait chair, il s’est fait ce que nous sommes afin que nous soyons ce qu’il est.

Exultez, les justes, c'est la naissance du Justificateur. Exultez, les malades et les infirmes, c'est la naissance du Sauveur.

La pédagogie liturgique de l’Église nous invite à vivre chaque circonstance de notre vie personnelle et communautaire à la lumière de la parole de Dieu. À la fin de l’année liturgique, elle nous invite à réfléchir sur l’heure la plus importante de notre vie, l’heure de la rencontre personnelle avec le Seigneur au jour de notre mort.

Trinité éternelle, océan sans fond, pouvez-vous me donner davantage que de vous donner vous-même ? Vous êtes le feu qui ne s'éteint jamais.

O vous qui buvez à longs traits au torrent des délices éternelles, et qui habitez cette patrie immortelle, cette heureuse cité, où abondent les solides richesses !

Pages