Un cadeau génial de l’Église : être Conseiller Spirituel d’équipe !

Version imprimable PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook


Les Conseillers Spirituels nous confient :
« J'apprécie ce lieu de ressourcement spirituel. » (25 ans d'équipe),
« Les Équipes, c’est du miel sur mon cœur. J'y côtoie des familles chrétiennes. »
(8 ans d’équipe),
« Dans les équipes, il se passe quelque chose dans le cœur des prêtres.
Il y a un secret ! » (1 an d'équipe).

Aumônier ou Conseiller ?

Autour de nous, on ne sait pas qui est Conseiller Spirituel. Ça ne se fait pas par nomination. C’est de l’ordre du libre choix. La recherche de Conseiller Spirituel est difficile. Le Conseiller Spirituel est sûrement accompagnateur, mais il est certainement accompagné.

Cet aspect fraternel, tu ne l’as pas trouvé ailleurs ?

Cette équipe est mon lieu de vie, c’est important pour moi de continuer malgré les responsabilités dans mon diocèse. Je me suis posé la question « Est-ce bien pour moi ? » C’est une mission d’Église. Être enraciné dans une église locale a beaucoup éclairé les membres de l’équipe.
J’ai trouvé quelque chose de particulièrement fondé sur le lien entre ministère du prêtre et le sacrement de mariage. Une influence sur ma mission de curé pendant 6 ans : préparation au mariage, Tandem... 

Quelle distance entre le prêtre et les équipiers ? Proximité ou vis-à-vis ? Membre de l’équipe ou autre ? Compagnonnage ou autorité ?

Distance par respect pour chaque famille. Ce n’est pas à moi de dire ce qui se vit dans les familles. Les responsables conduisent le dialogue, pas moi. Ces parents, ces couples et le prêtre nous branchent aussi fortement sur l’expérience de la paternité. Cette humanité nous est offerte par ceux qui s’aiment et qui fondent des familles. 

Comment accompagner les moments difficiles d’une vie d’équipe ? Quelle est la place du CS ?

C’est très important d’être humainement prêtre, c’est ma conviction profonde. Dans une équipe, il y a beaucoup de richesses. Il y a une communion forte dans notre vocation de baptisé. Quand le Christ voit et raconte la vie des gens, il y voit l’œuvre de Dieu ; ce compagnonnage avec une équipe Notre-Dame, nous apprend cela. Petit à petit à force de se côtoyer, le don de Dieu nous apparaît incarné. 

La réunion ? Les PCE, comment sortir de l’énumération pour vivre une marche de progression ? Le prêtre dit-il comment il fait oraison ?

Les équipiers attendent que je prenne ma part dans le Partage. Si j’ai quelque chose à dire et que j’entre dans le dialogue, c’est par entraide. Un couple qui a une grande expérience de l’oraison et de la Règle de Vie, nous entraîne. Parfois, il m’arrive de faire œuvre de discernement pour voir si on n’est pas en train de dévier. On n’est pas des complices aux END. On est missionné.